Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLOGHISTOIREGEO DEMENAGE, RETROUVEZ MOI SUR LEBLOGHISTOIREGEO.BLOGSPOT.FR

1er octobre 1946: verdict du tribunal de Nüremberg

Publié le 1 Octobre 2007 par V.Pauthier in Vu - Lu - Entendu...

nuremberg.jpgLe 1er octobre 1946, le tribunal militaire international de Nüremberg condamnait 12 des 24 accusés à la peine de mort. Parmi ceux-ci, le maréchal Goëring, chef de la Luftwaffe, se suicida peu de temps après le verdict.
Ce tribunal avait été constitué au lendemain de la guerre pour juger près de 200 Allemands, dont les principaux dirigeants nazis arrêtés par les alliés. La solution évoquée par Churchill, partisan d'une exécution sommaire de Hitler et de ses principaux lieutenants, avait été écarté au profit d'un procès "juste" et nécessaire pour l'Histoire.
Malgré tout, plusieurs ombres pesèrent sur cette justice de Nüremberg et sur le respect du droit par le tribunal militaire.
D'une part, les quatre juges représentaient chaque pays vainqueur (ainsi le juge français était Henri Donnedieu de Vabre, grand-père de Renaud Donnedieu de Vabre, ministre de la culture jusqu'en mai dernier!) et non un réel tribunal international.
De plus les textes constitutifs du tribunal de Nuremberg affirment dans les articles 19 et 21 : "Le tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à l'administration de la preuve. Il adoptera et appliquera autant que possible une procédure rapide et non formaliste et admettra tout moyen qu'il estimera avoir une valeur probante" ; "Le tribunal n'exigera pas que soit rapportée la preuve des faits de notoriété publique, mais les tiendra pour acquis. Il considère également comme preuves authentiques les documents et rapports officiels des gouvernements alliés."
Enfin, les chefs d'accusation (dont la nouvelle notion de crime contre l'humanité définie par le procureur américain Robert Jackson) ne retiennent pas les bombardements de populations civiles, car les alliés n'étaient pas exempts de tout reproche sur ce point (cf bombardement de Dresde), et surtout ils sont rétroactifs c'est-à-dire qu'ils s'appliquent à des faits commis avant la mise en place de la loi (ce qui juridiquement ne peut se faire).
Tous ces éléments furent soulevés par un certain nombre d'opposants au procès (notamment parmi la population allemande) qui virent dans ce procès une "justice des vainqueurs". De ce point de vue, les procès de Francfort qui eurent lieu près de 20 ans plus tard, où un tribunal allemand jugea des Allemands ayant participé à Auschwitz, sont beaucoup plus présents et légitimes dans la mémoire du pays.
Il n'en demeure pas moins que le procès de Nüremberg, tout comme ceux de Tokyo qui jugèrent certains criminels japonais est un exemple de procès pédagogique à visée historique. De ce point de vue, il évita bien des écueils rencontrés lors des procès de Leipzig (concernant la 1ère guerre mondiale) ou des procès plus récents de gouvernement déchus.
Enfin, les débats houleux à propos du
tribunal pénal international ou de la mise en place d'une cour pénale internationale montre qu'une justice à la fois internationale et réellement impartiale demeure un idéal difficilement accessible

 

 

Commenter cet article